Concert inaugural


Concert diffusé en direct sur Radio Classique

Cycle Lauréats des Victoires de la Musique Classique


Concerts diffusés en direct sur Radio Classique


Mécène des Victoires de la Musique Classique, grand partenaire du musée de l’Armée depuis 14 ans, le CIC offre aux artistes consacrés par une révélation instrumentale ou lyrique la possibilité de se produire en la cathédrale Saint-Louis des Invalides, en récital ou en formation de musique de chambre. Ce cycle révèle désormais aussi ces jeunes musiciens au sein d’une programmation en solistes avec les orchestres de Toulouse, d’Auvergne et de Picardie. L’orchestre national de Lorraine et les choeurs Nicolas de Grigny ouvrent la nouvelle saison.
Sous l’égide et avec le soutien du CIC

Cycle Confidences et complaintes de soldats


(En écho aux expositions)
À l’occasion de l’exposition d’automne Dans la peau d’un soldat. De la Rome antique à nos jours, ce cycle de 8 concerts se fait l’écho de la vie quotidienne du soldat. Si les compositeurs ont recueilli ses confidences, deviné ses émotions et même interprété ses silences en les transposant en musique, poètes et écrivains se sont faits ses interprètes et ont su mettre des mots sur les sentiments contrastés qui, du plus célèbre au plus obscur d’entre eux, ont habité, de tous temps, ces hommes… et ces femmes portant l’uniforme militaire.
De l’engagement plein de fougue aux affres du doute ; de l’élan le plus héroïque à l’accablement le plus sombre et à la mort parfois… ; de la solidarité joyeuse du régiment à la solitude et même à la mélancolie…, la parole est donnée au soldat et c’est la profondeur de son âme que nous révèle sa voix.

Cycle Musiques et paroles d'Empereur


(En écho aux expositions)
À l’occasion de l’exposition : Napoléon stratège, ce cycle de 14 concerts évoque rumeurs et fracas des batailles et autres bruits de guerre, au fil des campagnes napoléoniennes. En chemin toutefois, il s’autorise à recueillir librement les différentes musiques composées à l’époque ou celles qui s’y réfèrent ultérieurement. De la violence des champs de bataille à l’intimité feutrée d’un salon, de la scène de l’Opéra au cadre institutionnel du Conservatoire, la musique est indéniablement le vecteur d’une stratégie napoléonienne. Et, de la stratégie militaire à la stratégie amoureuse de Napoléon Bonaparte, il n’y a parfois qu’un pas… que nous franchirons effrontément. En toutes choses, Napoléon étant celui qui en parla le mieux, la parole est à l’Empereur… et à ceux et celles qui s’en firent l’écho.

Cycle Festival Vents d'hiver


logo festival vent d'hiver En écho à l’ouverture des cabinets insolites et notamment du cabinet des instruments de musique militaire, pour l ’essentiel dédié à la figure emblématique du facteur Adolphe Sax, ce festival unique à Paris met à l’honneur tous les instruments à vent et, désormais plus largement, le souffle. Des artistes confirmés en côtoient de plus jeunes et se produisent en solistes avec orchestre ou en effectif de musique de chambre, avec ou sans la connivence des cordes ou du piano. De la musique ancienne sur instruments d’époque au jazz sur instruments contemporains, ce festival ne s’interdit aucun pan du répertoire des vents. Si l’orgue en est déjà partie prenante, la voix… et même l’accordéon y font une entrée remarquée.

Cycle Jeunes Talents - Premières Armes


Depuis plus de 20 ans déjà, les jeunes musiciens les plus précoces et les plus talentueux en fin de cursus au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, originellement destiné à former les cadres des musiques militaires, sont invités à se produire en concert aux Invalides. Ils se confrontent ainsi, pour la première fois, à l’exercice périlleux de la scène auprès d’un public de mélomanes avertis. Ayant aussi vocation à accompagner de jeunes artistes prometteurs dans leur formation ou leur essor professionnel, la Fondation d’entreprise Safran pour la Musique apporte son soutien aux structures les plus susceptibles de favoriser leur promotion, en développant un réseau de partenaires pérenne. Depuis 10 ans, elle accompagne ainsi le musée de l’Armée, à travers son cycle Jeunes Talents – Premières Armes et l’organisation du concours pour l’attribution du Prix Fondation Safran pour la Musique de l’année.

Cycle Centenaire de la Grande Guerre


À l’occasion du centenaire de la Grande Guerre et de l’entrée en guerre des États-Unis en 1917, le musée de l’Armée a présenté, en début d’année 2017, une exposition intitulée La Fayette, nous voilà ! consacrée aux relations des Etats-Unis et de la France, depuis la guerre d’indépendance et pendant ce conflit majeur.
En débarquant dans le port de Brest, James Reese Europe, célèbre pianiste, chef d’orchestre et compositeur noir aux États-Unis, fait jouer La Marseillaise à son ensemble. Déconcertés par cette musique puissamment rythmée et syncopée revêtant la forme d’un ragtime, les Français ne reconnaissent pas immédiatement leur hymne national. Les autorités françaises, sensibles à l’importance du divertissement et de la musique pour le maintien du moral des troupes, organisent, dès lors, des tournées des Harlem Hellfighters dans les camps, hôpitaux, villes et villages français… Ces prestations musicales y font écho, en cette veille de journée anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918.
Avec le soutien de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale